Transport Aérien et Climat

Record : 202 157 avions en une journée. Signe d’une société se précipitant vers un crash climatique

Ce nouveau record fait froid dans le dos…

202 157 avions en une journée. C’est le record enregistré le 29 juin 2018 par le site collaboratif suédois FlightRadar24, soit le plus grand nombre d’avions ayant volé dans le ciel le même jour. Loin de s’en réjouir, il faut au contraire voir dans cette hausse exponentielle le signe d’une société se précipitant vers un crash climatique incontrôlable, et agir en conséquence en mettant en place des garde-fous essentiels.

Démocratisation et exonération

La vidéo relayée par Flightradar24 pourrait être hypnotisante si elle n’était pas aussi troublante. Ce record est ressenti comme la suite logique d’une longue série. Déjà, 2017 avait été une année prolifique pour l’aviation avec plus de quatre milliards d’usagers ayant pris l’avion, soit une hausse de 7,1 % par rapport à 2016. En 2036, le nombre de passagers aériens pourrait arriver à 7,8 milliards de personnes prenant l’avion sur un an ! Ces chiffres incluent les vols commerciaux et privés.

Ainsi, d’après l’International Air Transport Association, le trafic aérien croît de 6 % à 8 % chaque année. Une catastrophe pour le climat quand on sait que si l’aviation était un pays, ce serait le septième plus gros émetteur mondial de gaz à effet de serre et que le secteur pollue autant que les 129 pays les moins émetteurs.

Ce développement continu est possible grâce aux nombreux investissements réalisés par les compagnies pour créer de nouveaux appareils et terminaux, mais aussi aux exonérations dont bénéficie l’aviation. Ces tarifs préférentiels favorisent la multiplication des vols low-cost, participant à la démocratisation de ce mode de transport (particulièrement pour les pays riches) au détriment de transports beaucoup plus écologiques comme le train.

Prendre l’avion est moins cher que le train, mais beaucoup plus polluant

Selon l’ADEME, « pour de longues distances, le train est le moyen de transport le moins énergivore et le moins polluant : à taux de remplissage comparable, un voyage Paris-Marseille produit environ 10 fois moins de CO2 en train qu’en avion. » Et pourtant, une étude menée par GoEuro révèle que les vols intérieurs ont un coût moyen de 14,74€/100 km contre 17,59€/100 km pour le train. Ainsi, l’avion est 20 % moins cher au kilomètre que le train en France !

L’aviation civile internationale n’est même pas incluse dans l’accord de Paris sur le climat, c’est à dire qu’elle n’est soumise à aucune régulation internationale, si ce n’est la « bonne volonté » des pays membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Pour lutter contre ce non-sens, le mouvement Utopia propose sur le site web Parlement et Citoyens un projet de loi pour mettre fin à l’exonération fiscale pour le transport aérien intérieur en France.

Une proposition en ce sens avait déjà été déposée fin 2015 lors de la COP 21, pour être finalement rejetée. Le projet de loi du mouvement Utopia vise donc à taxer les vols intérieurs, majoritairement empruntés par les classes aisées, pour financer la reprise de la dette de la SNCF par l’Etat, soit nos impôts :

« L’État vient tout juste de reprendre 35 milliards d’euros de dette de la SNCF – soit 1228€ par ménage selon Le Monde. Pour financer cette dette, investir dans le réseau, voire avoir une politique tarifaire plus accessible pour le train, notre demande serait d’aller plus loin que la levée de la taxation, et de taxer le kérosène dans des proportions suffisantes pour que les vols intérieurs soient à minima au coût des trajets en train, voire jusqu’à 50 % plus chers afin que leur prix soit dissuasif d’un côté et permette de l’autre plus d’accessibilité au train et moins de voitures sur les routes. »

Dans un article publié sur The Conversation, le doctorant Aurélien Bigo, spécialisé sur la transition énergétique dans les transports, plaide pour un développement du transport ferroviaire pour atteindre une neutralité carbone d’ici 2050. Il dénonce notamment le « manque d’ambition » des études gouvernementales par rapport aux visions de l’ADEME et l’association Negawatt.

Pour le Réseau Action Climat : « Contrairement à ce qu’affirment l’industrie et les compagnies aériennes, les innovations technologiques (moteurs et carburants) et les nouveaux processus dans le secteur ne suffiront pas à compenser la hausse du trafic. Même dans le scénario le plus ambitieux, les projections révèlent un fossé de 153 à 387 millions de tonnes de CO2 pour atteindre l’objectif de 50 % de réduction d’émissions pour 2050, soit environ le tiers des émissions actuelles. »

Si l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été un premier pas, il reste de nombreuses mesures à mettre en place pour que le transport aérien soit traité à la hauteur de la pollution qu’il génère et de l’énergie qu’il consomme. Va-t-on devoir vivre un crash climatique pour que les politiques régulent enfin l’expansion de l’aviation ?

12 juillet 2018 – Laurie Debove

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.